mitre


mitre

mitre [ mitr ] n. f.
• fin XIIe; lat. mitra, mot gr. « bandeau »
I
1Haute coiffure triangulaire de cérémonie portée par les prélats et notamment par les évêques. La mitre et la crosse épiscopales. Recevoir la mitre : être nommé évêque. La mitre et la tiare.
2Antiq. Coiffure en forme de bandeau, turban, etc.
II(Par anal. de forme)
1Techn. Chapeau triangulaire surmontant une cheminée sur un toit, et qui sert à la protéger de la pluie et à empêcher le vent d'y rabattre la fumée. abat-vent.
2Zool. Mollusque gastéropode des mers tropicales (monotocardes) à coquille longue et pointue.

mitre nom féminin (latin mitra, du grec) Coiffure de cérémonie que portent, avec la chasuble ou la chape, le pape, les évêques, certains abbés, dits « mitrés », les membres de quelques chapitres. Appareil de forme très variable dont on couronne un conduit de cheminée pour empêcher l'entrée de la pluie et du vent. ● mitre (difficultés) nom féminin (latin mitra, du grec) Orthographe Le i ne prend pas d'accent circonflexe (comme pupitre et chapitre et à la différence d'épître). De même pour les dérivés mitral et mitré. Remarque Mitre vient du latin mitra, bandeau, qui ne présente pas de s susceptible de donner en français un accent circonflexe. ● mitre (expressions) nom féminin (latin mitra, du grec) Arc en mitre, synonyme de arc angulaire. Recevoir, coiffer la mitre, être nommé évêque.

mitre
n. f.
d1./d Coiffure haute et conique portée par les évêques, lorsqu'ils officient.
d2./d ZOOL Gastéropode à coquille allongée fréquent dans les mers chaudes.

⇒MITRE, subst. fém.
A. — 1. HIST. ANTIQUE. Coiffure plus ou moins pyramidale en usage en Phrygie et chez certains peuples du Moyen Orient. Des bouffons égyptiens, coiffés de hautes mitres blanches de forme ridicule, s'avancèrent (GAUTIER, Rom. momie, 1858, p.236). Le Perse a la tiare et le Mède a la mitre (HUGO, Légende, t.3, 1877, p.178):
1. ... Hérodias apparut, — coifée d'une mitre assyrienne qu'une mentonnière attachait à son front...
FLAUB., Hérodias, 1877, p.195.
En partic. Coiffure en bandeau que portaient, à Rome, certains prêtres et les vestales. (Ds Lar. 19e). Il reconnut Jésus, (...) pareil avec cette mitre à un jeune haruspice, ou bien au servant d'un des prêtres syriaques qui célébraient les mystères de la bonne déesse (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p.480).
2. RELIG. CHRÉT. Coiffure haute, de forme pyramidale, fendue par le milieu et garnie de deux fanons tombant sur la nuque, que portent le pape, les évêques et certains abbés à l'occasion de certaines cérémonies pontificales. Le bon abbé de San-Lucar, paré des habits pontificaux, ayant sa mitre enrichie de pierres précieuses, son rochet, sa crosse d'or, siégeait, roi du choeur, sur un fauteuil d'un luxe impérial (BALZAC, Élixir, 1830, p.393). Sur un pavois porté par quatre empereurs, plus haut que tous nous élevons le pape. Sa mitre sera d'or, le plus fin qui soit à vendre (QUINET, Ahasvérus, 1833, 3e journée, p.210):
2. ... l'évêque, mitre en tête, invita l'assistance à prier pour obtenir le secours divin que la persévérance exige.
BILLY, Introïbo, 1939, p.136.
P. méton. Le haut clergé. [Napoléon III] règne par la mitre et par le hausse-col (HUGO, Châtim., 1853, p.135).
Loc. Recevoir la mitre. Être nommé évêque. (Dict. XXes.).
3. P. anal.
a) HIST. Coiffure en forme de mitre qu'on mettait sur la tête des hérétiques condamnés au bûcher. Synon. san-benito. On coiffa sa tête rasée d'une grande mitre de papier sur laquelle ces mots étaient écrits: «Hérétique, relapse, apostate, idolâtre» (A. FRANCE, J. d'Arc, t.2, 1908, p.393). On leur avait mis sur la tête [à Jacques de Molcy et au Précepteur de Normandie] l'infamante mitre de papier des hérétiques (DRUON, Roi de fer, 1955, p.110).
b) Coiffure pyramidale assez haute de forme. Dans la partie du steam-boat réservée à la première classe se voyaient des Arméniens en longues robes et coiffés d'espèces de mitres (VERNE, M. Strogoff, t.1, 1876, p.95). La performance dure quatre ou cinq jours, dirigée par un chef-danseur qui porte sur la tête une haute mitre emplumée (CUISINIER, Danse sacrée, 1951, p.74).
B.P. anal.
1. ZOOL. (conchyliologie). Coquillage marin des mers chaudes ayant la forme d'un fuseau. Parmi ces produits, je citerai (...) toutes les variétés de porcelaines qui servent de monnaie dans l'Inde et en Afrique, (...) enfin des littorines, (...) des volutes (...), des mitres (VERNE, Vingt mille lieues, t.1, 1870, p.110):
3. ... sur les parties naturelles ils portent quelque chose d'oblong et de rougeâtre que j'ai supposé être une moitié de mitre ou autre coquille semblable.
DUMONT D'URVILLE, Voy. autour du monde, t.4, 1832-34, p.560.
2. BÂT. Appareil, de terre cuite ou de tôle, ou construction, de forme variable, s'adaptant sur le sommet d'une cheminée et destiné à empêcher la pluie ou le vent de s'introduire dans la trémie tout en assurant un bon tirage:
4. Borusse demeura un moment immobile devant la lucarne, regardant et ne voyant pas le paysage de toits enchevêtrés, aux gouttières rehaussées d'un trait de neige, aux cheminées coiffées de chapeaux annamites, de mitres ou de manches à air semblables à celles des ponts de navires.
ARNOUX, Suite var., 1925, q. 60.
3. ART CULIN. Croupion de grosse volaille. Des portions de comestibles, encore très-désirables, venaient de temps en temps chasser le besoin et faire naître la joie; par exemple (...) la mitre d'un dindon, un morceau de filet, de la pâtisserie, etc. (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p.299).
REM. 1. Mitraille, subst. fém., p. plaisant. Corps des évêques. Après la réforme de la moinaille, on en viendra à celle de la prêtraille, et pour mieux réussir, on ira chercher la mitraille (Biblioth. fr. ds BESCH. 1845). 2. Mitrer, verbe trans., rare. Coiffer quelqu'un d'une (coiffure ayant la forme d'une) mitre. L'évêque de Lavaur, Abra Raconis, s'en mêla, personnage un peu follet, mystifié autrefois et mitré par Richelieu (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t.2, 1842, p.185). Le peintre semblait d'ailleurs avoir voulu affirmer sa volonté de rester hors des siècles (...) en mettant sa Salomé au milieu de cet extraordinaire palais, (...) en la mitrant d'un incis, (...) en la mitrant d'un incertain diadème en forme de tour phénicienne tel qu'en porte la Salammbô (HUYSMANS, À rebours, 1884, p.75). Part. passé à valeur d'adj. Guerrier au front mitré, dieu rugissant et doux (BANVILLE, Exilés, 1874, p.42).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1170 «coiffure ornée que portent les évêques quand ils officient en habits pontificaux» (G. DE ST-PAIR, Mont-Saint-Michel, éd. P. Redlich, 888); b) p. anal. 1723 «petit rebord plat, qui tient à la lame et s'applique``sur l'épaisseur du manche dans un couteau à lame fixe» (SAVARY /9a ds FEW t.6, 2, p.183b); 1690 «coiffure en usage chez les dames romaines» (FUR.). 1 empr. au lat. médiév. mitra «coiffure que portent les évêques» (Xe s. ds DU CANGE), 2 empr. au lat. mitra «coiffure des Orientaux», mot pris au gr. signifiant «bandeau pour la tête, turban, tiare asiatique». Fréq. abs. littér.:241. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 413, b) 381; XXe s.: a) 515, b) 157.

mitre [mitʀ] n. f.
ÉTYM. XIIe; du lat. mitra, mot grec proprt « bandeau ».
———
I
1 Antiq. Coiffure comportant un bandeau (turban, etc.).
1 (…) Hérodias apparut — coiffée d'une mitre assyrienne qu'une mentonnière attachait à son front (…)
Flaubert, Trois contes, « Hérodias », III.
2 (V. 1175). Haute coiffure triangulaire de cérémonie portée par les prélats et, notamment, par les évêques. || La mitre est formée de deux parties triangulaires rigides, cousues à leur base et reliées en haut par une doublure en soufflet; elle est ornée de deux fanons sur la nuque. || Mitre simple, orfrayée, précieuse. || La mitre est portée par le pape, les cardinaux, les évêques (→ Gâter, cit. 4), et les abbés mitrés (→ Haut, cit. 33), les protonotaires, les préfets apostoliques, les chapitres de chanoines. || La mitre et la crosse (cit. 2) épiscopales. || Recevoir la mitre : être nommé évêque. || Coiffer (cit. 5) la mitre. || La mitre et la tiare.
2 On sait que M. de Luynes, ayant quitté le service pour un soufflet qu'il avait reçu sans en tirer vengeance, fut fait bientôt après archevêque de Sens. Un jour qu'il avait officié pontificalement, un mauvais plaisant prit sa mitre, et, l'écartant des deux côtés (…) « C'est singulier, dit-il, comme cette mitre ressemble à un soufflet. »
Chamfort, Caractères et anecdotes, « La mitre et le soufflet de M. de Luynes ».
3 Le Souverain Pontife porte habituellement la mitre lorsqu'il officie ou assiste au trône. Il ne prend la tiare que dans des circonstances exceptionnelles.
Dom J. Roux, Dict. de liturgie romaine, art. Mitre.
En forme de mitre ( Mitral), pointu comme une mitre (→ Hélicoïde, cit.). Évêque (bonnet d'évêque).Archit. || Arc en mitre : faux arc formé de deux lignes droites.
———
II Par anal. de forme.
1 (1763, Encyclopédie). Techn. Couronnement d'un conduit de fumée, de section rectangulaire. Abat-vent.
2 Zool. Mollusque gastéropode prosobranche (sous-ordre des Monotocardes) dont la coquille longue et pointue présente une ouverture allongée et profondément échancrée. || La mitre vit dans les mers tropicales (→ Cérite, cit.).
DÉR. Mitral, mitré, mitron.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Mitre — • A kind of folding cap consisting of two like parts, each stiffened by a lining and rising to a peak; these are sewn together on the sides, but are united above by a piece of material that can fold together Catholic Encyclopedia. Kevin Knight.… …   Catholic encyclopedia

  • mitré — mitre [ mitr ] n. f. • fin XIIe; lat. mitra, mot gr. « bandeau » I ♦ 1 ♦ Haute coiffure triangulaire de cérémonie portée par les prélats et notamment par les évêques. La mitre et la crosse épiscopales. Recevoir la mitre : être nommé évêque. La… …   Encyclopédie Universelle

  • Mitre — es un apellido. Personajes famosos que se denominaron así fueron: Bartolomé Mitre, un político, escritor y militar argentino, que fue presidente de la Nación desde 1862 hasta 1868; Bartolomé Mitre Vedia, su hijo, director del periódico La Nación; …   Wikipedia Español

  • Mitre — Sports International Ltd Тип Частная компания Год основания 1817 Основатели Бенджамин Крук Расположение …   Википедия

  • mitré — mitré, ée (mi tré, é) adj. Qui porte la mitre. Abbé crossé et mitré. •   M. de Saint Malo [évêque de Saint Malo], linotte mitrée, SÉV. 237.    Abbaye crossée et mitrée, abbaye dont l abbé porte la crosse et la mitre.    Qui porte la mitre signe d …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Mitre — es un apellido. Personajes famosos que se denominaron así fueron: 1. Bartolomé Mitre, un político, escritor y militar argentino, que fue presidente de la Nación desde 1862 hasta 1868; 2. Bartolomé Mitre y Vedia, su hijo, director del periódico La …   Enciclopedia Universal

  • MITRE (B.) — MITRE BARTOLOMÉ (1821 1906) Ayant grandi à Buenos Aires pendant la dictature de Juan Manuel de Rosas, Bartolomé Mitre partit, en 1837, pour un exil qui dura quinze ans. Il voyagea en Uruguay, en Bolivie et au Pérou, participa à des campagnes… …   Encyclopédie Universelle

  • MITRE — est une organisation à but non lucratif américaine dont l objectif est de travailler pour l intérêt public. Ses domaines d intervention sont l ingéniérie système, la technologie de l information, les concepts opérationnels, et la modernisation… …   Wikipédia en Français

  • Mitre — ist der Familienname folgender Personen: Aurelio Mitre (1848–?), argentinischer Politiker Bartolomé Mitre (1821–1906), argentinischer Staatspräsident Siehe auch: Mitre Corporation, eine US Organisation, die Forschungseinrichtungen betreibt …   Deutsch Wikipedia

  • mitre — Mitre, f. penac. Mitra, et habent redimicula mitrae. Mitre, crosse, et chappe, Mitra, Lituus, et trabea, B. Une petite mitre, Mitella …   Thresor de la langue françoyse